Pour apaiser les situations du quotidien

La pratique de l’hypnose ne se substitue en aucun cas à la médecine. Toutes pathologies relevant de la médecine doit faire l’objet d’un suivi médical. Par exemple, même avant un travail sur une douleur chronique, il est évident qu’un suivi médical approfondi doit avoir été réalisé.

De la même façon, aucun traitement médicamenteux ne doit être modifié ou arrêté sans un avis médical.

Je ne suis pas médecin, ni psychiatre, ni psychologue, ni psychothérapeute … Je ne pose donc aucun diagnostic, car cela ne relève pas du champ de l’Hypnose.

 

Dans mon cabinet, toute demande relevant de la médecine ou de la psychiatrie sera ré-aiguillée vers des professionnels de santé, car ces demandes ne relèvent pas de mes compétences

Les champs d’application de l’hypnose sont très vastes et souvent surprenants, sans effets secondaires et sans effets d’accoutumance. Elle peut accompagner, soulager, apaiser, améliorer nombres de problématiques, pathologies, émotions, souffrances, comme :

  • L’arrêt du tabac

  • Certains troubles du comportement :

    • Alimentaires (perte de poids,  etc…)

    • Addictions (tabac, alcool, jeux…)

    • Timidité, colère, angoisses…

    • Phobies : peur de l’avion, peur des araignées, agoraphobie, peur de l’expression en public, peur de prendre l’ascenseur, etc…

    • Les troubles comportementaux divers (se ronger les oncles, s’arracher les cheveux et/ou les sourcils, etc… )

    • Le sommeil, l’insomnie, les réveils nocturnes …

  • Les problèmes de développement personnel et émotionnel :

    • Gestion du stress et des émotions,

    • Confiance en soi et estime de soi, dans les domaines sociaux, amicaux, amoureux, professionnels

    • Certaines formes de dépressions

    • Deuil,

    • Gestion du handicap, de la maladie... 

  • Au niveau physique :

    • Sur les manifestations somatiques,

    • La gestion de la douleur aigue ou chronique, etc.

  • Et bien d’autres problématiques encore

« Il faut garder à l’esprit que, même si l’on observe que l’hypnose peut avoir un impact fort sur le retour à la santé de malades, cette pratique ne soigne pas. Elle ne se substitue pas à un suivi médical adapté. »