Contrôler sa douleur grâce à l'hypnose

De nombreuses solutions, autres que les médicaments, sont proposées dans la prise en charge de la douleur comme l’hypnose.

 

L’hypnothérapie présente de plus en plus de preuves médicales et scientifiques de son efficacité. Nous avons tous vus ou lus des reportages sur les actes de chirurgie sous hypnoanalgésie, des accouchements sous hypnose. Sans oublier les dentistes qui l'utilisent lors des soins dentaires.

 

Tout ceci est un vaste sujet qui fait encore l’objet de nombreuses recherches. Il reste en effet beaucoup à apprendre. Le praticien hypnothérapeute aide le consultant à se libérer des émotions, digérer des expériences traumatiques ou à modifier les représentations sensorielles qu’il a construit et associées à ses expériences de douleur.

Je vous propose de visionner ce film de 17 mn : Docteur Philippe Pencalet parle de l'hypnose pour soulager la douleur.

Bon à savoir : Les séances d'hypnose, qu'elles aient lieu en présentiel au cabinet ou à distance en visio​ sont toutes aussi efficaces. À vous de choisir en fonction de votre organisation.

Les 3 composantes de la douleur

les 3 composantes de la douleur-Terr'Happy d'isabelle.jpg

On peut considérer que la douleur est constituée de 3 composantes :

 1. Douleur utile et douleur inutile

 

La douleur a une fonction utile et même vitale. Le tissu atteint ou altéré envoie un signal au cerveau : « Attention, quelque chose met en danger notre intégrité ! Cerveau, prends vite une décision ». La réponse se fera à un niveau instinctif : lâcher le couteau, reculer d’un pas…

 

Ensuite tant que l’organisme n’est pas totalement hors de danger, le cerveau continuera à émettre des signaux de douleurs de plus en plus faible jusqu’à ce qu’il considère l’organisme hors de danger.

De ce point de vue, la douleur a une fonction UTILE.

Parfois le danger passé, os ressoudé, plaie cicatrisée, tissus réparés, tumeur résorbée ou enlevée, la douleur persiste et n’est plus la réponse à un danger pour l’organisme.


La douleur est devenue une douleur INUTILE, sous réserve évidement d’avoir fait tous les examens médicaux et d’avoir un avis médical pertinent.

On peut considérer que la douleur inutile est alors entretenue par des processus inconscients nourris par une ou des expériences traumatiques.

 2. Les souvenirs de douleur

 

L’expérience de douleur n’est pas un évènement isolé. Elle est vécue dans un contexte. Elle est stockée en mémoire comme un traumatisme et va générer des croyances limitantes.

 

Cette expérience comme tout traumatisme installera des stratégies d’évitement et des processus d’appréhension. Ces processus plus ou moins inconscients génère un état anxieux. La peur de revivre la douleur amène le personne a une hyper vigilance sensorielle et contextuelle qui pourrait être annoncer ou déclencher la douleur.

 

 3. L'anticipation de la douleur

 

L’hypnose n’agit pas sur la douleur. Elle modifie les paramètres sensoriels et émotionnels pour changer la perception de la douleur. Dans de nombreuses situations, elle limitera le risque de passage de la douleur d’aiguë à chronique.

Pour s’imprimer, se fixer en mémoire, un événement doit avoir une charge émotionnelle forte. Si l’expérience douleur physique s’est accompagné d’une émotion intense (anxiété, peur, colère…) la douleur aura d’autant plus de chance (ou de risque) de devenir chronique.

S’installe alors le processus d’anticipation de la douleur. La peur de souffrir à nouveau entretient la boucle infernale et la douleur devient chronique.

La douleur chronique

La douleur chronique concerne 12 millions de personnes en France. Huit millions d’entre elles ne reçoivent pas de traitements adaptés.

C’est la première cause d’invalidité après 45 ans. Les causes les plus fréquentes sont le mal de dos et les migraines.

 

La Haute Autorité de Santé a recommandé l’usage de l’hypnose, sur des arguments scientifiques, pour :

  • les douleurs de la colonne vertébrale et les douleurs articulaires (arthrose) ;

  • les migraines (l'autohypnose est particulièrement efficace) ;

  • la fibromyalgie ;

  • le syndrome de l’intestin irritable.

douleur.jpg

Comment l’hypnose agit sur la douleur

Milton Erickson (psychiatre américain, figure de l’hypnose moderne) a montré que la douleur pouvait être répartie en 3 tiers  :

  • La douleur réelle (sensation douloureuse = nociception), au présent. La douleur réelle est une sensation, une émotion désagréable. L’hypnose va agir sur cette composante afin de réduire le ressenti de la douleur. Cette douleur est très souvent accessible à un traitement médical.

  • La peur de la douleur donc douleur imaginée, anticipée (douleur du futur) : La douleur du futur, anticipée : l’hypnose est remarquablement efficace sur les peurs.

  • Le souvenir de la douleur est lié au passé. Il peut être oublié, et l’hypnose y aide très bien.

 

L’hypnothérapie permet de contrôler le niveau d’intensité de la douleur, pour gérer la douleur et/ou les émotions qui l’accompagnent. La qualité de vie des personnes est nettement améliorée.

Elle permet également d’agir sur le niveau motivationnel. Elle aide les personnes à trouver des ressources leurs permettant de se mobiliser, de devenir actif dans la prise en charge.

L’apprentissage de l’auto-hypnose est fortement conseillé. Cette pratique est très efficace pour augmenter l’efficacité des séances et vivre en autonomie.

Conclusions et perspectives

Le but n’est pas de supprimer toutes les douleurs. La douleur a une fonction utile et même vitale. Il s’agit de supprimer les douleurs inutiles dans l’objectif d’une amélioration de la qualité de vie !

L'histoire de cette douleur déterminera le nombre de séances nécessaire à votre mieux être, a l' objectif qui vous correspond.

Au total, les bienfaits de l’hypnose pour contrôler la douleur sont considérables. Les résultats obtenus dans tous les domaines de la santé du corps et de l’esprit sont excellents. Cette pratique thérapeutique est recommandée officiellement dans le monde depuis les années 90 pour la prise en charge de la douleur.

L’hypnothérapie permet de penser la santé autrement.

« Il faut garder à l’esprit que, même si l’on observe que l’hypnose peut avoir un impact fort sur le retour à la santé de malades, cette pratique ne soigne pas. Elle ne se substitue pas à un suivi médical adapté. »

Que vous habitiez Quimper ou ses environs, hypnothérapeute certifiée, je vous accompagne au cabinet Terr'happy d'Isabelle, à Ergué-Gabéric, à distance ou, au cas par cas, à domicile.

N'hésitez pas à me contacter pour davantage d'information !